La France au Rwanda

Serge Farnel et Yolande Mukagasana à la rencontre du public au mémorial de Kigali

Mémorial du génocide de Kigali, mardi 15 avril 2014 à partir de 18h30 à Gisozi : rencontre avec le public en présence de Yolande Mukagasana, Serge Farnel et de Basesero à l’occasion de la sortie des livres : « L’ONU et la chagrin d’une négresse » (Mukagasana) et « Bisesero. Le ghetto de Varsovie rwandais » (Farnel).

Kigali genocide memorial, Tuesday 15th of April 2014 from 18h30 at Gisozi : public meeting in presence of Yolande Mukagasana, Serge Farnel and Basesero, on the occasion of the publication of the books : « L’ONU et la chagrin d’une négresse » (The UN and the sorrow of a negress) (Mukagasana) and « Bisesero. Le ghetto de Varsovie rwandais » (Bisesero. The Rwandan Warsaw ghetto) (Farnel).

Venez nombreux les écouter mais également écouter et poser des questions à des habitants de Bisesero venus spécialement pour cet événement exceptionnel nous raconter notamment la participation directe de soldats blancs dans le massacre qui, le 13 mai 1994, fit 40.000 victimes civils tutsi sur les collines de Bisesero. Venez que vous parliez français, anglais ou kinyarwanda (des interprètes seront présents).

Come and listen to them but also come and listen and ask questions to inhabitants of Bisesero who will be there for this exceptional event to tell us, among others, how white soldiers directly participated in the massacre which, on the 13th of may 1994, killed 40.000 civilian tutsi in the hills of Bisesero. Come independently of your native language thanks to the presence of interpreters in Kinyarwanda, French and English.

Bisesero, ouest du Rwanda. La région est emblématique, puisqu’il s’agit du lieu de la résistance aux mains nues des 60 000 derniers rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi de la préfecture de Kibuye au printemps 1994.

Un récit précis et haletant raconte les événements de Bisesero dans leurs moindres détails. Traqués pendant trois mois, ces héros et martyrs oubliés de l’Histoire vont résister à leur extermination avec un courage admirable.

Sont détaillés le massacre de 40 000 civils perpétré à l’arme lourde le 13 mai 1994 par l’armée, les miliciens, les villageois et de mystérieux Blancs francophones, ainsi que l’abandon délibéré, à la fin juin, des derniers survivants à leurs tueurs par l’expédition militaro-humanitaire française, l’opération Turquoise.

S’appuyant sur les récits de centaines de témoins, dont ceux que l’auteur a lui-même recueillis à Bisesero, cet ouvrage à l’ampleur inédite donnera matière à réflexion sur un des événements majeurs de l’Histoire du XXe siècle. Il sera utile aux chercheurs tout en étant accessible à un plus large public.

Serge Farnel est l’auteur du livre-enquête sur Bisesero Rwanda, 13 mai 1994, un massacre français ? (Aviso/L’Esprit frappeur, 2012). Il collabore régulièrement aux revues spécialisées Golias et La Nuit rwandaise, et a été correspondant pour l’Agence rwandaise d’information.

Télécharger le dossier

Bisesero, West of Rwanda . The region is emblematic while it is the place of the “naked hand” resistance of the 60 000 last survivors of the genocide in the Kibuye prefecture during spring 1994.

An accurate and breathless story narrates the events of Bisesero in full details. Tracked during three months, these hero and forgotten martyrs of History are going to resist to their extermination with an admirable courage.

Are detailed the massacre of 40 000 civilians committed with help of heavy weapons on the 13th of may 1994 by the army, the militia men, the villagers and mysterious White men, French speaking, French for some key witnesses, as well as the deliberated abandonment on the end of June of the last survivors to their killers by the French Turquoise operation.

Based on hundreds of witnesses, among which those heard in Bisesero by the very author, this book on one of the main events of the twentieth century History will be useful for the research while being readable for a most large public.

Download in French

Aujourd’hui, Yolande Mukagasana revient avec un nouveau récit, – l’après-génocide –, tout aussi extraordinaire que le premier, celui d’une rescapée qui nous conte la suite de son histoire tout en revenant sur ses blessures d’enfant ‘‘tutsi’’ pendant les années soixante et donc la gestation du génocide, et ce que lui a transmis sa grand-mère, témoin des premiers Européens arrivés dans la région. Ainsi, la boucle est bouclée. Mais qu’advient-il après ce travail d’introspection et de mémoire ? Face aux politiques illégitimes des grands de ce monde, Yolande Mukagasana se dresse, tel un rempart contre l’indicible, et dénonce avec une force surhumaine la perpétuation du scandale onusien au Rwanda et au Congo voisin.

Yolande Mukagasana avait livré son témoignage dans “La mort ne veut pas de moi” (éd. Fixot) en 1997 et ‘’N’aie pas peur de savoir’’ (Robert Laffont, 1999), puis celui d’autres rescapés dans “Les blessures du silence” (Actes Sud, 2002). Après avoir reçu de nombreux prix internationaux pour avoir œuvré pour la paix, après s’être battue pour la reconnaissance des Justes au Rwanda, elle se bat depuis trois ans au sein de la Commission nationale de lutte contre le génocide à Kigali, pour la dignité des rescapés.

Télécharger le dossier

Today Yolande Mukagasana comes with a new book – the after genocide -, as extraordinary as the first, the one of a survivor who tells us the next part of her story. She tells us her « tutsi » childhood wounds during the sixties, during the genocide gestation, and what passed her down her grand-mother, witness of the first Europeans arrived in the region. Facing the illegitimate policies of the big nations, Yolande Mukagasana denounces with a superhuman strength the perpetuation of the United Nations scandal in Rwanda and Congo .

Download in French : www.aviso-editions.fr/telech...

Commentaires